bcdedit : Modifier le démarrage de Windows

BCDEdit est une commande qui permet de lister et modifier la configuration de démarrage de Windows 7, 8 et 10.
BCD pour Boot configuration Data et edit pour éditer.
Ce dernier s’utilise en ligne de commandes avec des paramètres définis.

Voici un tutoriel et guide qui vous donne les paramètres les plus courants.
Ce dernier va vous aider à utiliser bcdedit.

bcdedit : Le guide ultime

Introduction à BCDedit

Cet outil permet donc d’accéder au magasin des données de configuration de démarrage.
Cela permet donc d’éditer et modifier le démarrage de Windows.
Par exemple activer certains options comme le mode sans échec.
Changer le menu de démarrage en cas de Dual-Boot.
etc.

Pour tout comprendre du BCD, vous pouvez lire l’article :

BCDedit : les bases

Voici les bases pour débuter avec BCDedit.
Cet outil fonctionne avec les identifiants pour modifier ensuite une entrée à travers la commande

bcdedit /set [{ID}] typeDeDonnées Valeur

La commande set permet donc de modifier une valeur, mais il existe aussi d’autres commandes comme :

  • copy pour copier une entrée
  • deletevalue pour supprimer une valeur
  • delete pour supprimer une entrée du chargeur de démarrage

Les identifiants standards sont :

  • {bootmgr} = Le gestionnaire de démarrage de Windows (Windows Boot Manager)
  • {current} = L’OS sélectionné au démarrage de Windows
  • {default} = L’OS sélectionné par défaut au démarrage de Windows
  • {ntldr} = Un système d’exploitation en ntldr (Windows Legacy OS Loader) par exemple windows xp

Il est aussi possible de travailler directement avec les identificateur et leur UUID {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX}.
Pour lister les entrées :

bcdedit /enum
ou
bcdedit /v

bcdedit afficher les identificateurs

Exemple d’utilisation basique

Pour ajouter une option, on utilise le paramètre /set, soit par exemple :

bcdedit /set {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX} numproc 2

Par exemple pour supprimer une entrée lié au nombre de processeurs

bcdedit /deletevalue {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX} numproc

Les commandes utiles de BCDEDIT

Ajouter, modifier supprimer une entrée du démarrage

Cas du Dual-boot

Pour changer le menu de démarrage lorsque vous avez plusieurs entrées.

bcdedit /set {current} description "Mon Windows Boot entrée modifiée"

Pour changer l’ordre d’une entrée et la placer en premier.

bcdedit /displayorder {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX} /addfirst

Enfin pour placer une entrée comme étant par défaut

bcdedit /default {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX}

Pensez-que vous pouvez faire cela avec msconfig.

Désactiver la partition de récupération

Pour désactiver la partition de récupération de Windows 8 ou 10.
Ainsi le PC n’entre plus en réparation automatique.

bcdedit /set {default} bootstatuspolicy ignoreallfailures
bcdedit /set {default} recoveryenabled No

Activer la touche F8 pour le mode sans échec

Pour activer la touche F8 sur Windows 10 et 8 pour démarrer en mode sans échec.
Voici la commande à utiliser :

bcdedit /set {default} bootmenupolicy legacy

et pour la retirer :

bcdedit /deletevalue {default} bootmenupolicy

C’est donc le paramètre bootmenupolicy qui définit le type de menu de démarrage que le système utilisera.

Lorsque Standard est sélectionné, le menu de démarrage apparaît, mais uniquement sous certaines conditions: par exemple, en cas d’échec de démarrage, si vous démarrez à partir d’un disque de réparation ou d’un support d’installation, si vous avez configuré plusieurs entrées de démarrage ou manuellement. configuré l’ordinateur pour utiliser le démarrage avancé.
En Standard, la touche F8 est ignorée lors du démarrage.
Les ordinateurs Windows 8 démarrent rapidement, il n’y a donc pas assez de temps pour appuyer sur F8.
Enfin en Legacy, la touche F8 et le menu fonctionne.

Plus d’informations :

  • Pour Windows 10, Windows 8.1, Windows 8 et Windows RT, la valeur par défaut est Standard.
  • Pour Windows Server 2012 R2, Windows Server 2012, la valeur par défaut est Legacy.

Plus d’informations sur ce tutoriel.

Activer Boot Log

Pour activer le journal afin d’enregistrer des informations au démarrage de Windows.
On utilise le paramètre bootlog.

bcdedit /set {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX} bootlog yes

Pour le désactiver :

bcdedit /set {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX} bootlog no

Pour plus d’informations.

Fixer le nombre de processeur

Par exemple pour forcer le nombre de processeurs (coeurs) à 2 :

bcdedit /set {XXXX-XXXX-XXXX-XXXX} numproc 2

Plus d’informations sur la page : Limiter la RAM ou coeur du processeur sur Windows

Désactiver la signature numérique des pilotes

Voici comment désactiver la signature numérique des pilotes au démarrage de Windows 8 et 10.

bcdedit /set nointegritychecks OFF
bcdedit /set testsigning off

bootstatuspolicy

Ce paramètre contrôle la stratégie d’état de démarrage.
La stratégie d’état de démarrage peut être l’une des suivantes:

  • DisplayAllFailures : Affiche toutes les erreurs en cas d’échec du démarrage, de l’arrêt ou du point de contrôle. L’ordinateur basculera vers l’environnement de récupération Windows au redémarrage.
  • IgnoreAllFailures : Ignore les erreurs en cas d’échec du démarrage, de l’arrêt ou du point de contrôle. L’ordinateur essaiera de démarrer normalement après une erreur.
  • IgnoreShutdownFailures : Ignorer les erreurs uniquement en cas d’échec de l’arrêt. En cas d’échec de l’arrêt, l’ordinateur ne bascule pas sur l’environnement de récupération Windows au redémarrage. C’est le paramètre par défaut pour Windows 8.
  • IgnoreBootFailures : Ignorer les erreurs uniquement en cas d’échec du démarrage. En cas d’échec du démarrage, l’ordinateur ne bascule pas sur l’environnement de récupération Windows au redémarrage.
  • IgnoreCheckpointFailures : Ignorer les erreurs uniquement si un point de contrôle a échoué. En cas d’échec d’un point de contrôle, l’ordinateur ne bascule pas sur l’environnement de récupération Windows au redémarrage.
  • DisplayShutdownFailures : Affiche les erreurs en cas d’échec de l’arrêt. En cas d’échec de l’arrêt, l’ordinateur basculera dans l’environnement de récupération Windows au redémarrage. Ignore les échecs de démarrage et les points de contrôle ayant échoué.
  • DisplayBootFailures : Affiche les erreurs en cas d’échec du démarrage. En cas d’échec du démarrage, l’ordinateur basculera dans l’environnement de récupération Windows au redémarrage. Ignore les échecs d’arrêt et les points de contrôle ayant échoué.
  • DisplayCheckpointFailures : Affiche les erreurs en cas d’échec d’un point de contrôle. En cas d’échec d’un point de contrôle, l’ordinateur basculera vers l’environnement de récupération Windows au redémarrage. Ignore les échecs de démarrage et d’arrêt.

Soit donc par exemple pour activer la politique DisplayAllFailures :

bcdedit /set {default} bootstatuspolicy DisplayAllFailures

Autres paramètres de debug de BCDedit

Enfin il existe d’autres paramètres bcdedit de debug pour les utilisateurs avancés.

hypervisorhostip IP address (Uniquement utilisé lorsque hypervisordebugttype est Net.) Pour le débogage de l’hyperviseur via une connexion réseau, spécifie l’adresse IPv4 du débogueur hôte. Pour plus d’informations sur le débogage de Hyper-V, voir Créer un ordinateur virtuel avec Hyper-V.

hypervisorhostport [port]
(Utilisé uniquement lorsque hypervisordebugttype est Net.) Pour le débogage du réseau, spécifie le port avec lequel communiquer sur le débogueur de l’hôte. Devrait être 49152 ou supérieur.

hypervisordhcp [oui | non ]
Contrôle l’utilisation de DHCP par le débogueur de réseau utilisé avec l’hyperviseur. Si cette option est définie sur no, l’utilisation de l’adressage IP privé automatique (APIPA) est obligatoire pour obtenir une adresse IP de liaison locale.

hypervisoriommupolicy [défaut | activer | désactiver]
Contrôle si l’hyperviseur utilise une unité de gestion de mémoire d’entrée-sortie (IOMMU).

hypervisorlaunchtype [Désactivé | Auto]
Contrôle les options de lancement de l’hyperviseur. Si vous configurez un débogueur pour déboguer Hyper-V sur un ordinateur cible, définissez cette option sur Auto sur l’ordinateur cible. Pour plus d’informations, voir Créer un ordinateur virtuel avec Hyper-V.

hypervisorloadoptions NOFORCESNOOP [Oui | Non ]
Spécifie si l’hyperviseur doit appliquer le contrôle snoop sur les IOMMU du système.

numéro d’hypervisornumproc
Spécifie le nombre total de processeurs logiques pouvant être démarrés dans l’hyperviseur.

numéro d’hypervisorrootproc
Spécifie le nombre maximal de processeurs virtuels dans la partition racine et limite le nombre de noeuds NUMA (Architecture de mémoire non uniforme) post-fractionnés pouvant lancer des processeurs logiques dans l’hyperviseur.

numéro d’hypervisorrootprocpernode
Indique le nombre total de processeurs virtuels de la partition racine pouvant être démarrés dans un nœud NUMA (Non-Uniform Memory Architecture) prédéfini.

hypervisorusekey [clé]
(Uniquement utilisé lorsque hypervisordebugttype est Net.) Pour le débogage réseau, spécifie la clé avec laquelle crypter la connexion. [0-9] et [a-z] autorisés uniquement.

Liens

D’autres commandes bcdedit sur la page suivante de Microsoft : La commande bcdedit

Les liens autour du démarrage de Windows :

image_pdfimage_print
(Visité 567 fois, 7 visites ce jour)