Comment fonctionnent les sites internet

5.0
01

Le surf sur internet est devenu très commun de nos jours.
Lorsque vous surfez, vous vous connectez à différentes adresses internet, par exemple www.malekal.com, forum.malekal.com, www.google.fr, etc.
Ensuite, votre navigateur internet est capable de se connecter au site internet, télécharger le contenu des pages et les afficher sur votre écran.

Mais comment fonctionnent les sites internet ?
Comment un webmaster peut créer un site et faire que des internautes puissent s’y connecter pour lire les pages internet ?

Cet article explique dans les grandes lignes comment les sites internet fonctionnent.

Comment fonctionnent les sites internet

Comment fonctionnent les sites internet

Plusieurs composants, mécanismes et protocoles entrent en jeu lorsque vous surfez.
Tous ces éléments techniques sont transparents mais si vous souhaitez créer votre propre site internet, vous devez comprendre et maitriser ces aspects.
Voici dans l’ordre les éléments à suivre lorsque l’on souhaite créer un site internet.

Le domaine

La première étape lorsque l’on souhaite créer un site internet est d’enregistrer un domaine.
Il s’agit d’adresse se terminant par .XXX que l’on nomme TLD.
Par exemple, malekal.com se termine par .com, google.fr se termine par .fr
C’est l’adresse que l’internaute devra saisir ou se connecter depuis un moteur de recherche pour afficher votre site internet sur son navigateur WEB.

Les registrars ou Bureau d’enregistrement  sont des entités sur internet qui ont la capacité de vendre des domaines.
Ainsi, un internaute qui souhaite avoir son propre nom de domaine achètent le domaine chez ce registrar.

Comment fonctionnent les sites internet

Par exemple, ci-dessous, Gandi permet d’enregistrer son domaine.
Il faut bien entendu que ce domaine soit unique, libre non acquis par un autre internaute ou société.
Le registrar peut alors proposer des équivalents.
Enfin, notez que le prix du domaine est en fonction du TLD.

Comment fonctionnent les sites internet

La fonction Whois permet d’obtenir des informations sur un domaine.
On peut alors connaître le registrar qui gère le domaine, la date de création et les serveurs DNS d’autorité.
Éventuellement des informations sur le propriétaire du domaine (nom, adresse mail) mais ces informations peuvent être masquées.

Comment fonctionnent les sites internet

Dans le cas d’un hébergement gratuit, tous les sites utilisent le même domaine.
Par exemple, Free propose des hébergements gratuits et toutes les adresses des sites utilisant cet hébergement se termine par free.fr.
Toutefois, il est tout à fait possible d’utiliser Free et acheter son propre domaine qui pointera vers les serveurs Free.

Les DNS

Une fois que le nom de domaine est acquis, le propriétaire peut-alors créer des sous-domaines ou sous-adresses.
C’est pour cela qu’il existe les adresses www.google.fr, www.malekal.com, forum.malekal.com, pjjoint.malekal.com.
Pour se faire, le propriétaire gère la zone DNS de ce domaine et peut déclarer autant de sous-adresses qu’il le souhaite..
Cela permet de faire pointer n’importe quelle sous adresse à une adresse IP.
Le propriétaire peut donc faire pointer une adresse souhaitée vers un serveur spécifique.

Lorsque l’adresse est déclarée, les serveurs d’autorités du domaine propagent ces nouvelles adresses.

Comment fonctionnent les sites internet

Ainsi, tout internaute dans le monde qui tapera une adresse liée à ce domaine pourra faire la correspondance vers l’adresse IP.
Plus d’informations sur le principe des DNS : Comment fonctionnent les DNS (serveurs de noms) 

Le serveur WEB

Maintenant que nous avons notre domaine et les sous-adresses pointant vers une adresse IP.
Il faut un serveur WEB ou HTTP qui pourra desservir les pages WEB aux visiteurs.
Le webmaster doit acheter une machine chez un hébergeur avec l’adresse IP nécessaire et y installer le serveur WEB.

Il existe beaucoup d’hébergeur qui propose des serveurs mutualisés ou dédiés.
Par exemple en France, OVH ou Dedibox proposent ces services mais il en existe des centaines plus petits.

Le serveur WEB est un programme qui tourne sur un système d’exploitation.
Ce programme tourne en permanence et écoute sur un port réseau spécifique (port 80).
On peut donc avoir un serveur WEB sur un serveur en Windows, Linux, BSD ou autres systèmes d’exploitation.

Lorsqu’un navigateur WEB s’y connecte, il demande la page WEB et le serveur WEB lui donne.
Les plus connus sont Apache, Nginx, Tomcat et IIS de Microsoft.

Les demandes aux serveurs WEB se font à partir de commandes : GET, POST, PUT, etc.
Ainsi pour demander le contenu d’une page WEB, on utilise la commande GET.
Le serveur WEB retourne alors le code de la page WEB et le navigateur WEB à travers son moteur affiche la page WEB.
Exemple ci-dessous où on demande manuellement le contenu de la page https://forum.malekal.com avec un GET /index.php
Ce dialogue se fait de manière transparente pour l’utilisateur.

Comment fonctionnent les sites internet

Pour approfondir cela, vous pouvez lire notre article : Historique et fonctionnement des navigateurs WEB

Bien sûr pour les applications WEB cela est un peu complexe puisque des programmes plus sophistiqués peuvent tourner derrière le serveur WEB.

Le résumé du fonctionnent des sites WEB

En résume donc pour créer un site internet, il faut :

  • Enregistrer un domaine
  • Créer les adresses à travers les déclarations DNS
  • Utiliser un service d’hébergement qui consiste à utiliser un serveur où un serveur WEB est installé pour délivrer les pages
  • Par exemple dans le cas du site malekal.com, voici les étapes pour afficher une page WEB depuis le navigateur WEB :
    • Le navigateur WEB à travers le système d’exploitation résout l’adresse WEB pour obtenir l’adresse IP. Par exemple www.malekal.com => 94.23.44.69
    • se connecte au serveur WEB sur l’adresse 94.23.44.69 et port 80 ou 443 dans le cas du HTTPs et demande le contenu de la page WEB.
    • le serveur WEB présent sur le serveur physique à l’adresse 94.23.44.69 répond et envoie le code de la page WEB
    • enfin le navigateur WEB « construit » la page WEB à partir du code pour l’afficher à l’écran du visiteur.

Il existe des solutions clés en moins ou certains aspects sont automatisés et masqués de l’utilisateur.
C’est notamment le cas des serveurs mutualisés.
Enfin pour les sites mondiaux, les infrastructures sont plus complexes.
Ces aspects sont abordés dans la seconde partie de cet article.

Les cas spécifiques

Le cas des serveurs mutualisés

Bien entendu, il existe des solutions plus simples que ce parcours.

Généralement il s’agit de serveurs mutualisés avec des interfaces utilisateurs automatisés.
Par exemple OVH et Free proposent ces services tout compris.
En effet ces derniers sont à la fois des registrars et hébergeurs.

L’internaute souscrit au service et achète le domaine souhaité.
Le service créé alors automatiquement :

  • Le domaine et l’enregistrement DNS. Par exemple, l’internaute achète toto.fr et souhaite avoir un site www.toto.fr. Le service créé alors tout ce qu’il va bien.
  • Un espace disque dédié sur les serveurs.

Le principe du serveur mutualisés et d’avoir des grappes de serveurs avec des répertoires confinés à chaque utilisateur.
Ces derniers envoient les fichiers de leurs sites vers cet espace, généralement par FTP, qui est directement mis en ligne à travers le serveur WEB.
Il est très important que ces espaces soient confinés pour des raisons de sécurité.
Si un site est compromis à travers une backdoor PHP par exemple, il ne faut pas que les attaquants puissent avoir accès aux centaines des sites WEB présents sur le serveur WEB.

Les sites mondiaux

Le cas présenté précédemment est celui d’un petite site.
Par exemple le site malekal.com a essentiellement des visiteurs français avec une petite audience comparé aux géants du WEB.
Ainsi, le serveur WEB se trouve sur une machine en France.
Mais pour les sites plus importants, l’infrastructure est plus complexe.
En effet pour les sites mondiaux, pour que les temps de réponses soient corrects, il faut avoir des grappes de serveurs présents sur toute la planète.
Ces derniers possèdent donc des datacenters (centre de données) un peu partout dans le monde.

C’est d’autant plus vrai pour les sites qui demandent beaucoup de bande passante comme le streaming (Youtube, Netflix, etc).
Ainsi des systèmes de contenus sont mis en place : content delivery network (CDN) ou réseau de diffusion de contenu (RDC).
Par exemple la société akamaihd propose des services de CDN pour des géants du WEB tel que Facebook, Apple, Ubisoft ou encore Steam.
Le but est de proposer les serveurs les plus proches des internautes pour un meilleur temps de réponse.
Dans certains cas, le P2P peut aussi être utilisé pour délivrer le contenu pour alléger les infrastructures.
Les internautes délivrent alors le contenu au lieu des serveurs.
C’est d’ailleurs le cas sur les mises à jour de Windows 10 mais aussi des vidéos chez Akamai.
Ainsi les vidéos Facebook peuvent utiliser le système de P2P lorsque les programmes Akamai  ou Facebook sont installés sur l’ordinateur de l’internaute.

Des accords entre les FAI et ces géants doivent aussi avoir lieu pour avoir des accès plus ou moins directs.
On appelle cela des accords de peering.

Bref, dans le cas des géants du WEB, cela est un peu plus compliqués même si le principe générale est le même que pour un petite site internet.

Pour aller plus loin

Vous pouvez aussi cet article qui explique plus comment la connexion à un site WEB s’effectue.

Liens autour internet

Si le sujet vous internet, n’hésitez pas à lire d’autres articles disponibles sur le menu internet : Le menu internet.
Vous pouvez aussi lire quelques articles autour des navigateurs WEB : les navigateurs WEB

image_pdfimage_print
(Visité 350 fois, 1 visites ce jour)
5.0
01