Découvrir Linux : Qu’est-ce que Linux ?

Pour une fois, nous allons abandonner Windows pour parler un peu de Linux.
Linux est un système d’exploitation libre et gratuit qui permet donc d’utiliser son ordinateur pour les tâches courantes.
Avec Linux, vous pouvez surfer, lire vos emails, de la bureautique et à peu près tout ce que vous souhaitez sur votre ordinateur.
Bref tout à l’exception peut-être de jouer où c’est un peu plus compliqué.

Cet article vous présente le monde de Linux : la philosophie, le monde libre et les distributions.
Je donnerai les bases du monde Linux et comment tester Linux sans modifier son système.
C’est à dire pouvoir démarrer sur Linux et l’utiliser sans modifier le contenu de votre disque dur.
Cela va vous permettre de découvrir et tester Ubuntu sans rien casser.

Voici un article autour de la découverte de Linux et Qu’est-ce que Linux.

Découvrir Linux : Qu'est-ce que Linux ?

Qu’est-ce que Linux

Le mot de Linux peut couvrir plusieurs appellations différentes.
A l’origine il s’agit d’un noyau du système d’exploitation.
Son origine remonte à 1991 mais depuis on le nomme GNU/Linux.

Ainsi Linux est plutôt au sens large un système d’exploitation ou OS.
Il s’agit donc d’un projet libre qui vise à proposer un noyau.
Par la suite d’autres projets de distributions Linux ont vu le jour.
Ces derniers proposent différents logiciels libres (avec une licence GNU) agrégés autour d’un projet.
La distribution se doit de proposer un installeur ainsi que les dépôts pour installer ces logiciels.
Enfin une documentation pour installer et utiliser.

Ainsi on trouve beaucoup de distributions Linux.
La mascotte Linux est tux, un manchot.

Tux la mascotte de Linux

Le monde Linux

Le monde Linux est un tout autre monde que celui de Windows.
Comme il s’agit d’un OS, on trouve des similaires.
Surtout du point de vue technique, car un OS reste un logiciel avec des fonctions communes.
Pour plus d’informations sur ces derniers, lire : Système d’exploitation : qu’est-ce que c’est ?
Mais le monde Linux possède aussi beaucoup de différences de celui-ci de Microsoft et notamment sur l’approche des droits utilisateurs.
Cela à travers des licences libres comme GNU.

Ainsi, Linux a permis de nombreux dérivés, comme les OS Android, et autres IOT (Internet of Thing / Objet internet).
Par exemple, beaucoup de routeurs sont basés sur Linux.

Tux : le manchot mascotte de Linux
Tux : le manchot mascotte de Linux

Voici les OS Linux en chiffre au niveau des PC de bureau.
Côté Serveur, Linux est très présent, surtout pour les serveurs WEB.

Les parts des marchés des OS
Statistiques par OS (Linux, Windows etc) – source w3schools.com

Et sur le site malekal.com :

Les connexions sur le site par OS

Le monde du libre

Comme vous le savez tous, Windows, Adobe, Avast! et bien d’autres logiciels du monde Windows sont des logiciels payants, et propriétaires.
Propriétaires signifie que vous n’avez pas le droit de distribuer à vos amis ces logiciels.
Vous n’avez pas le droit d’en étudier le fonctionnement (lire le code source) et encore moins le modifier pour le re-distribuer. D’ailleurs, vous n’avez pas non plus le code source qui est gardé en secret par l’éditeur.

Le monde du libre, est tout le contraire. Il existe différentes licences qui régissent les droits que vous pouvez faire avec des logiciels libres, ces licences sont plus ou moins permissives.
La plus répandue est GNU pour General Public License que l’on peut appeler GNU GPL ou GPL.
Cette licence vous donne :

  1. La liberté d’exécuter le logiciel, pour n’importe quel usage ;
  2. Vous pouvez étudier le fonctionnement d’un programme et de l’adapter à ses besoins, ce qui passe par l’accès aux codes sources ;
  3. La liberté de redistribuer des copies ;
  4. L’obligation de faire bénéficier à la communauté des versions modifiées.

En clair donc, vous pouvez utiliser n’importe quel logiciel, le modifier et si vous devez le mettre en ligne, il aura obligatoirement une licence GNU et ainsi de suite.
Cela ouvre beaucoup de portes et notamment la possibilité de multiplier les versions d’un même logiciel.
On appelle cela un fork pour embranchements.

Logo de la licence GNU
Logo de la licence GNU

Ces forks et embranchements qui donnent d’autres versions d’un même logiciel, partent souvent d’un désaccord d’un groupe de personnes au sein du développement d’un projet, logiciel ou distribution Linux.
Cela fait la force mais aussi peut-être la faiblesse du monde Linux, selon le point de vue que l’on adopte.

Les distributions Linux

Une distribution Linux est un ensemble de logiciels autour du noyau Linux.
Ils permettent d’installer celle-ci et donne les documentations pour l’utiliser.
Ainsi, on trouve une page internet qui propose les ISO d’installation de la distribution et des documents et aides pour installer et utiliser.

Si vous avez bien compris le fonctionnement des licences, vous comprendrez donc qu’il existe des centaines de distributions
Cela grâce à la possibilité de lire et modifier le code et de le redistribuer.

Au tout départ, quelques distributions ont vu le jour.
Certains sont mortes et d’autres ont survécu.
Puis ces mêmes distributions ont pu à leur tour donner d’autres distributions .
Elles peuvent être une copie de la précédente avec quelques différentes.
Puis si le projet prend de l’ampleur, les différences s’accentuent pour arriver à des fonctionnalités inédites.

Sur le graphique suivante vous avez la chronologie et les embranchements (forks).
Si j’ai titré, le monde Linux, cela devient un véritable univers =)
Vous allez devoir zoomer sur l’image avec la touche CTRL et molette avant ou arrière pour pouvoir parcourir tout le contenu.

Les différentes distributions Linux en graphique

Pour illustrer, un petit zoom pour voir que Debian, une distribution mère a donné par la suite Ubuntu qui a donné la distribution Mint qui commence à être relativement connu grâce à sa simplicité :

Les différentes distributions Linux en graphique

Les distributions Linux mères

Au commencement, on trouve des distributions Linux qui ont percé et apportés des nouveautés.
Par la suite, elles ont donnés naissances à d’autres distributions.

  • Debian : Apparue mi-1993, Debian est un projet libre sous la forme d’une communauté démocratique. Debian a donné une multitude de nouvelles distribution dont Ubuntu.
  • Slackware : Apparu aussi mi-1993. Slackware était une distribution maintenant par une personne cherchant la légèreté et stabilité. Celle-ci est toujours maintenu à l’heure actuelle.
  • Redhat : Redhat est une entreprise qui propose une distribution serveur RHL qui ne peut être installé que par souscription d’une licence chez Redhat. RHL a donné une licence gratuite CentOS toujours pour les serveurs. Redhat sponsorise aussi une distribution pour le grand public avec Fedora. La distribution de Redhat a aussi donné la distribution Suze racheté par Novell et OpenSuze qui est l’une des distribution les plus courantes.
  • Arch Linux : Projet qui a vraiment débuté le 1er octobre 2007. Elle utilise ‘pacman’, son gestionnaire de paquets fait-maison, pour fournir des mises à jour des dernières applications avec une complète gestion des dépendances. Utilisant un système de publication continue (roling release), Arch peut être installée à partir d’un CD ou via un serveur FTP. De plus, le Arch Build System (ABS) fournit un moyen d’installer facilement de nouveaux paquets, de modifier la configuration des paquets standards, ou de partager ces paquets avec d’autres utilisateurs via le Arch User Repository (AUR).

Les distributions Linux enfants

Enfin les distributions Linux enfants les plus importantes.
Parfois leurs nombres d’utilisateurs dépassent les mères.

  • Mint, MX Linux et Ubuntu et proviennent de Debian
  • Fedora et OpenSuze provient de Redhat
  • Manjaro se base sur Arch

Voici aussi une liste des distributions selon les besoins.
En effet, il existe des distributions plus légères pour les vieux ordinateurs.

Enfin cette vidéo vous montre la distribution Linux Mint :

Pour connaitre les distributions les plus populaires, rendez-vous sur le site : DistroWatch

Distribution communautaires et entreprises

Une distribution peut donc être gérée par une communauté d’utilisateurs dont le fonctionnement interne est différent l’une de l’autre.
Mais mais une fondation ou entreprise peut aussi créer la sienne.
De côté là, on trouve trois mastodontes. Redhat fondé en 1993.
Puis Canonical (Ubuntu) et Novell (Suze) plus récent fondé autour de 2004 et 2005.
Le modèle actuel est de proposer une version payante avec des services autour de la distribution.
En général, la version payante vise les entreprises et les serveurs.
Enfin une version gratuite et communautaire pour le grand public.
Lorsque des innovations ou corrections sont apportées, celles-ci sont donc reversées à la communauté du libre.
En outre, ces entreprises ainsi que des entreprises extérieures participent au financement des grands projets comme le noyau Linux.

Des rivalités peuvent apparaître entre les différentes distributions et entités, surtout entre les distributions mères et filles.
Souvent les utilisateurs Debian voient d’un mauvais œil la distribution Ubuntu qui leurs reprochent de ne pas respecter pas les licences et la philosophie du libre.
On reproche aussi à Canonical de ne pas financer le noyau Linux.

Fonctionnement technique de Linux

Maintenant que vous avez un peu une vision du monde Linux.
Nous allons ici détailler dans les grandes lignes le fonctionnement technique de Linux. Si vous n’êtes pas intéressé par ces aspects, vous pouvez passer au paragraphe suivant.

Un système d’exploitation possède une ossature, il s’agit du noyau et les logiciels s’y greffent autour.
Pour installer ces logiciels, une distribution bénéficie d’un système de packages. Il s’agit d’un système qui permet donc le téléchargement et l’installation de programmes (un peu comme pour les Setup sur Windows), et gère la cohérence entre les logiciels et bibliothèques nécessaires à leurs fonctionnements.
Linux possède, tout comme n’importe quel système d’exploitation, une gestion utilisateur. Un utilisateur administrateur « root »  (racine en anglais), il est tout à fait possible de créer des utilisateurs avec des droits restreints, que ce soit pour installer des logiciels ou accéder à certains dossiers.

Le noyau Linux

Le noyau ou kernel en anglais est le coeur du système d’exploitation. Il a pour objectif de permettre l’interaction entre le matériel de l’ordinateur et les logiciels et utilisateurs.
Une des caractéristiques les plus connues étant les pilotes qui permettent d’exploiter un matériel en particulier. Par exemple, le pilote de la carte graphique se charge de faire fonctionner celle-ci.
Le noyau gère le fonctionnent des processus, l’accès au réseau et au disque dur à travers le système de fichiers.
Il offre de multiples autres fonctionnalités d’où l’utilisateur ou les logiciels peuvent s’appuyer.

Le noyau est développé par des bénévoles, comme le sont les distributions libres, mais aussi par des professionnels financés par des géants du net.
Parmi ces entreprises, on trouve bien entendu Redhat mais aussi Google, Intel, Samsung, AMD, Texas.
Ici le but est clairement de développer le noyau Linux afin de pouvoir proposer ensuite des périphériques basés dessus. Par exemple, Google a ses tablettes Android (dérivé du noyau Linux) ou ChromeOS. Même chose pour Samsung.

Le noyaux Linux est un logiciel, avec des millions de lignes de codes… comme tout logiciel, il existe des versions.
Comme tout logiciel, le noyau Linux peut posséder des bugs et des vulnérabilités qui permettent d’effectuer des actions non souhaitées et donc poser des problèmes de sécurités.

Le site pour télécharger les codes sources du noyau Linux est : https://www.kernel.org/

Le système de packages

Comme tout système d’exploitation, Linux doit donner la possibilité à l’utilisateur d’installer des logiciels et ses logiciels préférés.
Une distribution propose un système de package et une bibliothèque de logiciels où l’utilisateur peut piocher dedans.
Cette bibliothèque peut comporter des milliers de packages. On appelle ces bibliothèques des dépôts ou repository en anglais.
Un package est un fichier qui contient les instructions d’installation que la distribution va suivre pour installer ce dernier.

En résumé, lorsque l’utilisateur souhaitera installer un logiciel, il pourra lancer le logiciel de packages, rechercher le package du logiciel dans le dépôt pour le télécharger et le faire installer.
Même le noyaux Linux est proposé sous la forme de package pour effectuer des mises à jour de sécurité.
Comme il existe Windows Update, la distribution va aussi maintenir des mises à jour de sécurité en mettant à jour de packages lorsque des vulnérabilités sont publiées. Ainsi la distribution va interroger le dépôt pour vérifier si des mises à jour de sécurité sont présentes, celle-ci pourra en avertir l’utilisateur qui pourra les télécharger et mettre à jour.

Chaque distribution a des subtilités et le programme de mise à jour est différents mais dans la présentation, l’esprit derrière reste le même.
Par exemple, ci-dessous le logiciel de gestion de packages avec la bibliothèque par catégorie de logiciels.

Installation de paquets sur Linux Debian
Installation de paquets sur Debian

Par exemple, ci-dessous, on interroge la base pour trouver les packages LibreOffice et installer.
Le logiciel permet aussi de supprimer les packages installés (désinstaller des applications).

Interrogation packages pour installer LibreOffice
interrogation packages pour installer LibreOffice

Ces programmes sont des interfaces qui vont interroger le dépôt.
Enfin les dépôts sont des sites WEB contenant les packages de manière structurés.
L’utilisateur peut ajouter des dépôts non officiels pour installer des logiciels non maintenus par la distribution.

Le contenu d'un dépôt de la distribution Linux Ubuntu

Système de package par distribution Linux

Les systèmes de packages des distributions sont liés à la distribution mère, ainsi :

  • Ubuntu et toutes les dérivés comme Mint utilisent le système de packages de Debian. Les fichiers sont au format .deb – Le programme de gestion de package se nomme APT (acronyme pour Advanced Package Tool). dpkg est le programme qui permet d’installer/supprimer un package.
  • Fedora, CentOS, RHL et toutes les dérivés comme Suze utilisent le système de package Redhat. Les fichiers sont au format .rpm pour RedHat Package Manager. Fedora & CentOS propose le programme Yum qui permet d’interroger les dépôts, télécharger et installer les packages .rpm
  • Slackware : au format .txz (pour tar.xz) – Les outils de gestions sont installpkg, removepkg et upgradepkg
  • Arch Linux utilise le système de package Pacman. Arch Build System (ABS) permet de les installer.

L’utilisateur est donc limité à la version d’un logiciel proposée dans le dépôt.
Si la version distribution est ancienne, la version d’un logiciel le sera aussi. Ainsi pour avoir une version plus récente, il faudra mettre à jour la distribution entière afin de bénéficier de dépôt plus récents.

Enfin un utilisateur peut très bien télécharger un code source d’un logiciel et le compiler sur son Linux pour installer une version précise non présente dans le dépôt.
L’utilisateur sera tout de même limité par les versions des librairies requises par le logiciel téléchargé.

L’environnement de bureau

Linux peut fonctionner en ligne de commandes, ce qui est assez pratique pour les serveurs.
Cette connexion en ligne de commandes peut se faire depuis un Windows ou MacOS à travers SSH.

Mais pour les PC de bureau, il est aussi possible d’installer un environnement graphique et un environnement de bureau.
Cela permet comme sur Windows, d’avoir un bureau avec un fond d’écran et de lancer, fermer les applications à travers des menus et icônes, déplacer les fenêtres.
Là aussi, il existe beaucoup de projets.
Parmi les plus connus, on trouve :

  • KDE : Environnement de bureau assez complet.
  • Gnome : il s’agit de l’environnement de bureau complet, par défaut de Debian, Ubuntu (au départ mais qui a ensuite créé le sien : Unity) et Fedora.
  • XFCE : environnement de bureau plus léger à destination de distribution qui cherche la légèreté pour les configuration ancienne. Xunbutu utilise cet environnement de bureau.

Sachez que les distributions n’interdisent pas d’installer une autre environnement graphique que celui par défaut.

Capture d'écran du bureau de Mint en KDE
Capture d’écran du bureau de Mint en KDE

Gnome sur Debian :

Gnome sur la distribution Linux Debian

XFCE sur Xubuntu :

Environnement de bureau XFCE sur Xubuntu

Ainsi certains environnements de bureaux sont plus légers que d’autres.
Par exemple XFCE est moins gourmand que KDE et Gnome car moins d’effets visuels.
Il est donc plus approprié pour les PC moyen de gammes.
Enfin pour les PC plus anciens on peut se tourner vers LXDE par exemple

Découvrir Linux en vidéo

J’ai fait une vidéo d’une Debian sous Gnome :

Tester vous même Linux

Comme évoque dans l’introduction, il est tout à fait possible de tester Linux sans modifier votre installation.
Le principe est de créer, ce qu’on appelle un CD Live et de démarrer dessus au lieu de Windows.
Le CD Live Linux peut aussi vous sauver la mise pour naviguer dans vos dossiers, si vous rencontrez des problèmes avec Windows : CD Live de récupération.

Il existe d’ailleurs cet ancien tutoriel : [outils] Créer et lancer un Live CD

La procédure est la suivante :

Plus de détails dans ce tutoriel complet.

Les documentations et lien de téléchargement :

Les limites de Linux

Linux a toutefois quelques limites, notamment vous ne trouverez pas toutes la gamme des jeux qui existent sur Windows.
Du fait que Linux, ne soit présent qu’environ sur 5% des PC de bureau fait que les éditeurs de jeux, pour des raisons économiques, ne développent pas une version pour Linux.

Il existe toutefois des jeux pour Linux notamment sur Steam.
Le projet PlayOnLinux porte certains jeux Windows sur Linux (mais souvent, avec des problèmes ou des pertes de performances) : https://www.playonlinux.com/fr/

Si vous désirez surfer sur Linux pour vous protéger des malwares et virus (A ce propos, vous pouvez lire Malwares et Virus sur Linux), mais que vous souhaitez continuer de jouer.
Le mieux est de mettre en place un dual-boot qui permet de faire cohabiter Windows et Linux.

image_pdfimage_print
(Visité 2 708 fois, 9 visites ce jour)

4 Comments

  1. francois 18 septembre 2016
  2. malekalmorte 18 septembre 2016
  3. GoustiFruit 19 novembre 2019
  4. malekalmorte 19 novembre 2019

Add Comment